Comment relancer le tourisme international après la pandémie mondiale ?

par | 6 Juil, 2021 | EXPERIENCE CLIENT

Dans les années à venir, nous nous souviendrons probablement de 2020 comme l’année qui a tout changé. Les confinements sont devenus la nouvelle normalité, nos salons se sont transformés en bureaux, les poignées de main ont été bannies, à peu près tout est passé au numérique et, bien que la pandémie ait eu de nombreux effets positifs sur l’environnement, la plupart des secteurs ont souffert et pris un tournant inattendu.

Le tourisme en fait partie puisque nous vivons clairement un moment de crise pour l’industrie du voyage. Tous les secteurs du tourisme sont touchés, notamment les compagnies aériennes, les transports, les compagnies de croisière, les hôtels, les restaurants, les attractions (comme les parcs nationaux, les zones protégées, les sites du patrimoine culturel), les agences de voyage, les tour-opérateurs et même les entités de voyage en ligne. Voyager est devenu un défi et il est même difficile de se rappeler notre dernier vol.

Cependant, l’avenir de l’industrie du tourisme ne dépend pas uniquement des voyageurs. Même si les perspectives du secteur restent très incertaines, certaines mesures peuvent être mises en œuvre, avec la sécurité comme priorité absolue, pour relancer le tourisme et soutenir sa reprise durable. Voyons ensemble ce qui a changé et les différentes options qui s’offrent aux acteurs du tourisme.

Une baisse significative du tourisme dans le monde

Alors que le monde est confronté à une urgence sans précédent avec la crise du Covid-19, les voyages et le tourisme figurent parmi les secteurs les plus touchés. La pandémie a entraîné une chute massive de la demande internationale dans ce contexte de restrictions mondiales, notamment suite à la fermeture totale de nombreuses frontières afin de contenir le virus. Les experts affirment que le retour aux niveaux de 2019 concernant les arrivées internationales pourrait prendre jusqu’à 4 ans et, en tout état de cause, n’aurait pas lieu avant 2023. Faisons le point sur la situation actuelle dans le monde.

Un rapide aperçu du marché mondial

Avec les avions cloués au sol depuis plusieurs mois, nous sommes confrontés aujourd’hui à un milliard d’arrivées de touristes internationaux en moins. Suite à la fermeture des hôtels et les restrictions de voyage mises en place dans la plupart des pays du monde, nous observons une perte de 1,3 trillion de dollars de revenus totaux du tourisme international pour l’année dernière, selon l’OMT.

En ce qui concerne l’emploi dans le secteur touristique, ce sont 100 à 120 millions d’emplois directs qui sont désormais menacés au niveau international en raison de la crise sanitaire.
Les experts considèrent que les restrictions sont le principal obstacle qui pèse sur la reprise du tourisme international, avec la lenteur de l’endiguement du virus et la faible confiance des consommateurs. Cependant, la crise n’a pas touché tous les pays de la même manière.

Le marché du tourisme aux États-Unis

  • Les États-Unis représentent le pays le plus touché par la pandémie.
  • Les sièges disponibles sur les compagnies aériennes américaines ont diminué de 71% par rapport à l’année dernière.
  • Les hôtels ne sont occupés qu’à 29% contre 72% sur la même période il y a deux ans.
  • On peut toutefois s’attendre à un rebond du tourisme international d’ici 2022 pour le marché américain.

La situation touristique en Europe

  • En France, où le tourisme est devenu un solide pilier de l’économie, la mobilisation du marché intérieur a été assez faible durant l’été 2020 où seuls 53% des résidents sont partis en vacances, dont 94% dans le pays. La consommation touristique a également fortement chuté, les recettes du tourisme international devant faire face à une perte de 13,2 milliards d’euros en 2020 par rapport à 2019. En outre, la perte potentielle de recettes touristiques globales pour l’année est estimée entre 50 et 60 milliards d’euros.

 

  • Au Royaume-Uni, Londres a connu la plus forte baisse d’occupation des chambres de tout le pays en 2020, avec seulement 20% des chambres occupées pendant l’été. Le chiffre d’affaires des entreprises de voyage et de tourisme a également chuté à son plus bas niveau. En ce qui concerne l’emploi, la baisse la plus importante a concerné les personnes âgées de 25 à 34 ans travaillant à temps plein. Les services de transport de passagers, y compris la location de véhicules de tourisme, ont apporté la plus grande contribution négative à l’emploi dans le secteur des voyages et du tourisme.

 

  • En Allemagne, où l’industrie du voyage est cruciale pour l’économie, le montant des dépenses des touristes a chuté de 82 %. Le pays risque de perdre près de 5 millions d’emplois créés par le secteur du tourisme.

L’impact sur l’industrie du voyage en Amérique Latine

  • En Amérique latine et dans les Caraïbes, le tourisme est quasiment à l’arrêt. Au Costa Rica, la chute des revenus atteint 48%, chiffre similaire pour la perte d’emplois.
    Au Brésil, l’activité touristique est paralysée depuis plus d’un an. Les consommateurs ont annulé 96% de leurs vacances prévues. Les vols internationaux et nationaux sont également au plus bas niveau. Et comme cette région compte 13 des 20 petites économies les plus dépendantes du tourisme dans le monde, ces pertes sont regrettables.

L’industrie du tourisme asiatique

  • L’Asie et le Pacifique ont connu une baisse de 82% des arrivées en 2020. L’Asie du Sud est très dépendante des voyages et du tourisme, notamment en tant que générateur d’emplois, comme dans l’archipel des Maldives. La pandémie touche près de 50 millions d’emplois dans le secteur des voyages et du tourisme, dont beaucoup sont occupés par des femmes et des communautés vulnérables.
  • Mais malgré les 2èmes et 3èmes vagues de Covid-19, la plupart des pays de la région continuent de gérer efficacement la pandémie et certains d’entre eux ont désormais rouvert leurs frontières.

Le boom du marché des cartes cadeaux pendant la crise

A l’inverse, le e-commerce a fait un véritable bond en avant en 2020. Les achats en ligne et la livraison à domicile ont augmenté, dopés par les restrictions sanitaires. En France, par exemple, les ventes de produits et services en ligne pour cette année sont en hausse de 8,5 %. De plus, au cours des 12 derniers mois, 9 français sur 10 ont commandé un produit en ligne.

Par conséquent, le marché des cartes cadeaux en ligne est également à la hausse, du fait de l’utilisation des cartes cadeaux qui s’est renforcée avec les mesures de restriction. En effet, permettant aux consommateurs d’offrir un cadeau sans avoir à rencontrer qui que ce soit, elle représente une méthode plus sûre dans ces conditions sanitaires.

Cela peut également s’expliquer par le fait que la plupart des commerces ont été contraints de fermer, au moins pendant quelques mois. Cela a entraîné une réticence de la part de certains consommateurs à retourner dans la foule des magasins, augmentant alors les achats en ligne, et les achats de cartes cadeaux.

Par ailleurs, nous pouvons observer une nette progression du segment B2B. Déjà en constante évolution depuis plusieurs années et ne montrant aucun signe de ralentissement, le marché des cartes cadeaux B2B est encore renforcé par la pandémie. Ainsi, de nombreuses marques et enseignes ont lancé ce type de programmes, qui représentaient auparavant environ 20% des ventes de cartes cadeaux et tendent aujourd’hui à en représenter 50%.

Quelles sont les mesures à prendre pour relancer le tourisme ?

L’économie du tourisme ayant été gravement touchée par la pandémie et ses mesures, les pays préparent actuellement des actions de relance, en plus des mesures immédiates, telles que la levée des restrictions de voyage, le rétablissement de la confiance des voyageurs, l’adaptation du secteur…, afin de soutenir et relancer le tourisme.

Un soutien gouvernemental fort

Les gouvernements de toutes les régions du monde ont désormais une double responsabilité : donner la priorité à la santé publique tout en protégeant les emplois et l’activité économique. Pour cela, la plupart des pays ont réagi rapidement et fermement par des mesures politiques d’aide et de secours. Celles-ci ont été mises en œuvre pour faire face à l’impact du Covid-19 et soutenir les entreprises, les emplois et les ménages.

Elles peuvent prendre la forme d’un soutien financier (notamment aux PME et aux indépendants), d’une promotion du maintien de l’emploi, de la sécurité de l’emploi, de mesures visant à relancer le tourisme et le tourisme intérieur, de protocoles de sécurité…

Les gouvernements apportent également leur aide en matière de liquidités dans le secteur. La Lettonie, par exemple, a introduit un taux réduit de taxe sur la valeur ajoutée de 5 % pour les secteurs de la restauration et de l’hébergement touristique. La France, la Grèce et l’Allemagne ont fait de même. Certains pays encouragent les dépenses touristiques locales en introduisant des programmes de subvention des vacances. La Corée, par exemple, offre aux travailleurs des primes de vacances équivalant à 25% du coût du séjour.

La sécurité devient une priorité pour la reprise

Suite à ces derniers mois, les consommateurs veulent voyager en toute sécurité. En effet, la santé et la sécurité représentent désormais un enjeu majeur pour les consommateurs puisque 32% d’entre eux ont déclaré qu’ils réserveraient plus volontiers dans un « hôtel à la propreté irréprochable ».

Pour cela, certaines mesures peuvent être mises en place :

  • Accélérer la transformation digitale avec le développement des paiements sans contact et des portefeuilles mobiles.
  • Adapter l’offre et faire preuve de flexibilité : par exemple, Airbnb propose à ses clients des séjours plus longs pour éviter une rotation trop importante des locataires et Accor propose des chambres d’hôtel en tant qu’espace de bureau individualisé).
  • Proposer des offres de tourisme durable car 71% des voyageurs dans le monde considèrent que les acteurs du voyage devraient proposer des expériences plus durables comme des systèmes de compensation carbone.
  • Promouvoir les destinations locales. En sachant que 4 consommateurs sur 10 se disent prêts à voyager dans leur propre région, il est nécessaire de valoriser des destinations accessibles et pas trop éloignées en mettant en avant les avantages de la proximité.

Un passeport sanitaire a également été mis en place pour plus de sécurité. En effet, depuis le 1er juin, ce dernier permet aux touristes de l’Union Européenne, entre autres, de voyager dans les 27 pays membres avec un seul QR code (c’est-à-dire une certification de vaccin ou un test PCR négatif).

Enfin, un nouveau label de sécurité est apparu en Europe. Le label de sécurité touristique européen Covid-19 aidera les entreprises touristiques à garantir les procédures de sécurité avant la saison estivale, augmentant ainsi la confiance des voyageurs, des résidents et des travailleurs du tourisme.

Inclure la carte cadeau dans les stratégies des marques

Les entreprises doivent profiter de l’essor du marché des cartes cadeaux tout en stimulant le tourisme. Certains pays ont déjà commencé. Par exemple :

  • En Belgique, en Croatie, au Danemark, en France et en Italie, l’annulation d’un événement et de voyages à forfait en raison du Covid-19 peut être compensée par des cartes cadeaux ou des bons d’achat.
  • En Islande, en Lituanie ou en Corée, des cartes-cadeaux de voyage sont émises par le gouvernement et accordées aux familles pour qu’elles les dépensent dans des voyages nationaux.
  • La ville de Genève, en Suisse, accueille les visiteurs avec des cartes-cadeaux qui peuvent être utilisées dans les restaurants, les bars, les hôtels ou les attractions de la ville pour stimuler le tourisme.

En outre, les cartes cadeaux peuvent avoir un impact positif sur le tourisme, notamment sur certains établissements spécifiques tels que les hôtels, les restaurants ou le secteur des transports.

Promouvoir les hôtels avec une carte cadeau

Dans ce contexte particulier où les hôtels connaissent une baisse sans précédent des réservations, les cartes cadeaux peuvent apporter leur aide à l’industrie du tourisme tout en permettant aux voyageurs de passer des vacances rêvées.
Grâce à cet outil, les hôtels et les établissements touristiques peuvent promouvoir leur propriété et se différencier en offrant des expériences uniques en cartes cadeaux. Cette solution étant très ciblée, le destinataire est assurément motivé pour utiliser la carte, ce qui en fait une méthode encore plus efficace pour faire connaître les services d’un établissement aux autres et atteindre des consommateurs qu’il ne toucherait pas habituellement. Elle contribue également à renforcer la réputation de l’établissement et à accroître la notoriété de la marque.

C’est aussi un moyen de protéger les emplois : gagnant-gagnant pour les voyageurs et les professionnels du tourisme. À titre d’exemple, une nouvelle initiative appelée « Buy Now, Stay Later » permet aux voyageurs de faire de bonnes affaires tout en soutenant les hôtels indépendants. Ce projet fonctionne de manière similaire aux Bons du Trésor. L’idée est que les futurs voyageurs soutiennent leur hôtel préféré en achetant une carte cadeau dont la valeur augmente après 60 jours de maturation et en l’échangeant à une date ultérieure.

Les restaurants dynamisés par la carte cadeau

Offrir des cartes cadeaux de restaurants peut être une autre façon pour les clients de montrer leur soutien. Alors que ces derniers commencent à rouvrir, tout le monde n’est pas encore à l’aise avec l’idée de manger sur place. Les cartes cadeaux permettent aux habitués de soutenir leur restaurant préféré jusqu’à ce qu’ils soient prêts à y retourner. Pour les marques, cela signifie une rentrée d’argent immédiate et une augmentation de la notoriété de la marque.

La carte cadeau comme nouveau moyen de transport

La carte cadeau se développe également dans le secteur des transports. Pour le train, par exemple, elle représente un cadeau facile à offrir qui permet au destinataire de choisir où et quand il veut voyager. À titre d’exemple, avec les cartes cadeaux Rail Europe, les voyageurs peuvent parcourir les villes les plus intéressantes et passionnantes d’Europe, rechercher et acheter des billets en ligne sans avoir à se soucier du change ou à déchiffrer des instructions dans une autre langue. Cette option de voyage peut également être appliquée aux croisières.

En ce qui concerne le secteur aérien, de nouvelles demandes des consommateurs émergent avec la crise, comme le besoin de méthodes de paiement alternatives. Un programme de cartes cadeaux représente un moyen de paiement pratique et sécurisé, conçu pour renforcer les relations avec les clients. Pour Noël, par exemple, de plus en plus de compagnies aériennes offrent des cartes cadeaux pour l’achat de billets, comme Air France, Ryanair, Icelandair, Air Austral…

 

En définitive, il faudra encore du temps pour améliorer durablement la situation globale. Tant les gouvernements des différents états, que les professionnels du tourisme et les consommateurs qui veulent voyager comme avant, doivent travailler main dans la main pour espérer un futur retour à la normale.

Néanmoins, aujourd’hui, le secteur connaît une augmentation de 30% des réservations pour l’été 2021 par rapport à l’année précédente. La confiance des consommateurs augmente progressivement à mesure que les plans de vaccination progressent dans le monde. Ils veulent à nouveau voyager et profiter de ce que la Terre a à offrir. Nous pouvons donc être sûrs d’une chose : le tourisme se relèvera.

 

Aller plus loin dans votre lecture

Comment mettre en place son programme carte cadeau ?

Télécharger le livre blanc

Le livre blanc de la e-carte cadeau

Passez votre
programme carte cadeau
à la vitesse supérieure